samedi 21 juillet 2018

Evolution des cultures sur la terrasse (vidéo)



Je vous propose une petite vidéo sur l'évolution des cultures sur la terrasse au 15 juillet 2018.

Pas besoin d'avoir un jardin pour cultiver chez soi, une simple cour ou terrasse suffisent. Cela permet de cultiver déjà énormément de légumes et de plantes aromatiques.





            

mercredi 18 juillet 2018

Le maraîchage bio-intensif de Jean-Martin Fortier




Aujourd'hui, je vous propose une vidéo de formation de Jean-Matin Fortier, jardinier-maraîcher sur le maraîchage bio-intensif. Il présente ses expériences aux Jardins de la Grelinette et à la Ferme des Quatre Temps :



(source image : vidéo) 

            

lundi 16 juillet 2018

De l’électricité gratuite sans réseau ni batterie



Je vous propose une vidéo amusante de Barnabé Chaillot qui vous explique comment obtenir à partir de panneaux solaires et quelques bricolages, de l'électricité gratuite sans réseau ni batterie.

Bon j'avoue que je n'ai pas tout compris (surtout à partir du moment où il a installé des convertisseurs, des rehausseurs et autres machins) mais pour ceux qui s'y connaissent un peu en électricité et sont bricoleurs, il y a de bonnes idées sympas à mettre en place.
Et quoi de mieux que l'été et les vacances pour les réaliser.



..........

samedi 14 juillet 2018

20 éme édition du Festival de la tomate et des saveurs les 8 et 9 septembre 2018



Les 8 et 9 septembre prochain aura lieu la 20 éme édition du Festival de la tomate et des saveurs au Château de la Bourdaisière à Montlouis-sur-Loire.


De nombreux exposants, tous réunis autour de la tomate et des saveurs, vous proposeront un choix varié de graines, plantes gustatives, produits culinaires, de beauté ou pour le bien-être, objets décoratifs…
Un Marché de Tomates vous permettra également de découvrir et d’acheter de nombreuses variétés de tomates anciennes.

Un concours sera organisé autour de la transformation de la tomate sur le thème, cette année, du Gaspacho. Vous pourrez également découvrir des animations culinaires et participer à une dégustation à l'aveugle de tomates.



Vous pourrez aussi visiter le Potager Conservatoire National de la Tomate (comportant plus de 700 variétés de tomate, 20 de Basilic et 30 de menthe) avec comme guide Nicolas Toutain, le jardinier en chef du Château. Il animera également un échange questions/réponses sur la culture et les maladies de la tomate.






Un programme de conférences sur les 2 jours sera également mis en place, pour réfléchir et échanger autour de la tomate, sa production, son goût, son avenir, ses dérivés avec la participation de Marin Mulliez, fondateur de la marque NoFilter et le soutien de l’AOP Tomates et Concombres de France.

Le Prince Louis-Albert de Broglie dédicacera son nouveau livre "Nourrir la planète".

Et, s'il vous reste du temps et de l'énergie, vous pourrez également visiter :

  • la microferme agroécologique et permaculturelle
  • le Dalhia color avec ses 400 variétés
  • l'exposition de plantes Deyrolle
  • le verger conservatoire avec ses 70 variétés anciennes.
Vous pourrez vous restaurer au Bar à Tomate ou chez le traiteur et vous désaltérer au Bar à Jus ou à la buvette.

(source images : https://www.labourdaisiere.com/)


mercredi 11 juillet 2018

Les fleurs au jardin



Que ce soit pour attirer les insectes pollinisateurs ou pour la beauté et l'harmonie du lieu, les fleurs sont importantes également en permaculture.















lundi 9 juillet 2018

Les meilleurs placements ce ne sont pas la bourse ni l'immobilier mais les arbres fruitiers !



Parlons un peu finance si vous le voulez bien.

Si vous vous nourrissez avec votre potager, vous savez déjà que vous faites énormément d'économie.

Mais, en plantant des fruitiers, vous ferez de l'investissement dont le rendement sera supérieur à la bourse ou à l'immobilier. Et les bénéfices (les fruits) seront entièrement défiscalisés !




Admettons que vous achetiez un fruitier, disons un cerisier, chez un pépiniériste. Ce sera plus cher qu'en grande surface, mais vous aurez les conseils et le choix de variétés et de taille (haute tige ou basse tige) adapté à votre terroir.  Vous pouvez aussi profiter parfois d'opérations spéciales organisées par la région ou le département qui permet d'avoir des arbres de qualité à un bon prix : chez nous nous avons l'opération Plantons le décor. Mais sinon, vous allez le payer entre 20 et 35 euros environ (et zéro euro si vous partez d'un noyau ou pépin, mais cela demande de la patience et du temps).

Si vous le soignez bien (bonne plantation, arrosage la première année, apport de compost et de paillage régulier, etc.) au bout de 3 ans, vous allez faire votre première récolte. Puis, d'année en année, vos récoltes vont augmenter et vous allez bientôt crouler sous les fruits. A au minimum 5 euros le kilo de cerise bio, vous faites de réelles économies !

Votre arbre vivra au minimum 20-25 ans, voire beaucoup plus ! Je vous laisse faire les calculs. C'est la même chose pour tous les fruitiers, dont certains, comme le pommier produira pendant une cinquantaine d'années (ce qui peut représenter des dizaines de tonnes de fruits).

De quoi remplir votre estomac, ceux de votre famille et votre garde-manger pendant de nombreuses années !




Et à cela, vous pouvez ajouter les économies de bois de chauffage réalisé lorsqu'il faudra abattre l'arbre devenu trop vieux.




Et, si vous avez un grand terrain, vous pouvez planter des fruits à coque, comme les noyers, noisetiers ou châtaigniers. Ils mettront peut-être 10 ans avant de donner des fruits (sauf le noisetier qui donne très vite), mais produiront pendant plus d'une centaine d'années ! Le prix d'un kilo de noix, non décortiquées avoisine les 10 euros en magasin. Quant au bois, quand l'arbre sera trop vieux, vos descendants pourront le revendre (car ce type de bois est très recherché).


Et bien sûr, je ne vous parle pas des bienfaits de ses fruits et fruits à coque sur votre santé,  ce qui est encore un bénéfice supplémentaire. Ni des bienfaits pour la biodiversité, le sol et la planète en général, qui sont de gros bénéfices également.



Alors, abandonnez le livret A et dès cet automne commencez à planter des fruitiers pour votre famille.

samedi 7 juillet 2018

Les plantes sont-elles intelligentes ?


Je vous propose aujourd'hui un peu de lecture.

Voici un extrait du livre d'Emmanuel Randsford 8 leçons essentielles sur la science quantique.

"Dès 1966, il entreprend une recherche méthodique sur les manifestations infrapsychiques des plantes. A l'origine, Backster étudiait le polygraphe pour le compte de la police new-yorkaise. Un jour, l'idée lui vient de placer les électrodes de son appareil sur une feuille de dragonnier, une plante d'appartement qui ornait le bureau de sa secrétaire. Il fait diverses expériences étonnantes, dont celle-ci. Il envisage -par la pensée seulement - de brûler une feuille de la plante..., qui réagit vivement. Elle réagit, semble-t-il, à sa seule intention de lui nuire ! La réaction du dragonnier et celles d'autres plantes suggèrent qu'elles perçoivent l'intention de la personne qui vient de les agresser, avant même que cette dernière agisse. Elles donnent les indices, dûment enregistrés par le polygraphe, qu'elles "lisent" la pensée de ceux qui les entourent. Dans une autre expérience, Baskers garde des crevettes vivantes à proximité d'un philodendron pendant plusieurs jours, puis il jette brutalement ces crustacées dans l'eau bouillante. Là encore, la réaction de la plante, à nouveau mesurée par le polygraphe est vive. Tout se passe comme si la plante captait la détresse des crevettes qui meurent ébouillantées, et se laissait influencer par elle.

Ces diverses expériences, et tant d'autres, sont parfaitement reproductibles. Elles suggèrent que nos amies du règne végétal ont des aptitudes infrapsychiques, voire télépathiques.
[...]
Cela fait dire à Stefano Mancuso, chercheur à l'université de Florence, en Italie, que "les plantes sont considérablement moins passives qu'elles ont l'air de l'être ; elles sont en fait des protagonistes avisés de leur propres vies". Quant au chercheur Richard Karban, il écrit dans son livre : "Les plantes sont intelligentes, mais pour le percevoir il nous faut surmonter nos biais culturels fortement enracinés. [...] Les plantes communiquent entre elles, échangent des signaux et des informations avec d'autres
organismes, et s'espionnent dans un même voisinage." Les auteurs soulignent que, si leur adaptation dynamique à l'environnement n'était pas imperceptible à nos yeux en pratique et en raison de sa lenteur, nous verrions combien elles sont "brillantes pour résoudre leurs problèmes de survie".

Bruno Mouliz, chercheur à l'INRA, observe quant à lui que "les plantes perçoivent leur propre forme et peuvent rectifier leur posture. La perception de soi n'est donc pas l'apanage des animaux". Par ailleurs, les plantes sont sensibles aux sons, ce qui a pour avantage de leur permettre de se défendre contre des agresseurs."


..........

mercredi 4 juillet 2018

Des visiteurs au jardin : un nouveau groupe envoyée par la FREDON

Un nouveau groupe envoyée par la FREDON pour découvrir la permaculture


Dans le cadre de leur formation niveau 3 Charte des jardineries, organisée par la FREDON Nord-Pas-de-Calais, un petit groupe d'employés de jardinerie et de pépiniéristes sont venus visiter le jardin le 26 juin en fin d'après-midi.

Une fois de plus, ces visiteurs découvrant la permaculture pour la première fois ont été surpris par le jardin.



Habitués à des jardins classiques, au cordeau, ils ont été étonnés de voir que toutes les variétés potagères, fruitières et florales étaient mélangées. Ils ont également été surpris de constater que ce fouillis apparent était en réalité pensé scientifiquement (ou presque 😄).
Dans un design de permaculture, chaque plante était installée à un endroit précis et pour une raison précise.









Merci à eux d'être venu alors qu'il y avait au même moment un match de l'équipe de France !



lundi 2 juillet 2018

Petit tour du jardin en vidéo 27 juin 2018

Petit tour du jardin en permaculture 27 juin 2018


Je vous propose aujourd'hui une petite vidéo de mon jardin urbain que j'ai réalisée le 27 juin 2018.

Difficile de tout voir en un minimum de temps ! Je passe parfois très vite sur certains endroits mais cela vous donne quand même un aperçu de mon jardin bio, en permaculture à cette période de l'année.





..........


samedi 30 juin 2018

Les micro-organismes nous aident au jardin



Après vous avoir parlé des macro-organismes, aujourd'hui passons aux micro-organismes.

Qu'appelle-t-on micro-organismes ? Ce sont les virus, les bactéries et les champignons.

Ils sont déjà présents en grande quantité dans le sol et jouent un rôle très important dans la fertilité de celui-ci.  1 gramme de sol peut contenir jusqu’à 10 000 espèces bactériennes différentes et près d’un milliard de bactéries.

Certains micro-organismes peuvent être utilisés pour tuer ou bloquer les ravageurs ou les agents pathogènes responsables des maladies. Ils peuvent également agir comme un "vaccin" en stimulant les défenses de la plante (après une première exposition, la plante réagit et produit des substances antimicrobiennes ou en renforçant ses barrières cellulaires).


Les différents modes d'action de ces micro-organismes :

  • production de substance toxique : lorsque le bioagresseur mange une partie de la plante, il meurt à cause de la toxine produite par le micro-organisme (ex : bactérie Bacillus thuringiensis)

  • stimulation des défenses de la plante : le micro-organisme prépare la plante à une agression et aide celle-ci à mettre en place ses substances de défense (ex : bactérie Bacillus subtilis)

  • parasitisme : des micro-organismes viennent parasiter l'agresseur de la plante (champignon parasitant des pucerons ou des mouches blanches)

  • compétition spatiale ou trophique (compétition pour la nourriture) : le micro-organisme (champignon) se développe autour des racines et forme un bouclier contre l'agresseur ou puise dans le sol la même nourriture que lui (ex : sécrétion de sidérophore par les rhizobactéries pour puiser le fer essentiel à leur développement)

  • perturbation ou arrêt du pouvoir pathogène du bioagresseur : en perturbant ou en bloquant le développement de l'agresseur, le micro-organisme l'empêche d'agir (ex : Bacillus substilis empêche la germination de champignons nocifs).

Nous verrons dans un prochain article d'autres moyens de lutte biologique pour protéger les plantes de nos jardins.

(source image Bacillus substilis : wikipédia)


............

mercredi 27 juin 2018

Calendrier lunaire Juillet Aout 2018





Juillet 2018


Jours Feuilles : 5, 6, 7, 8, 23, 24
Jours Fruits : 15, 16, 25, 26
Jours Fleurs : 3, 4, 12, 21, 22, 30, 31
Jours Racines : 1, 2, 9, 10, 11, 17, 18, 19, 20, 28, 29

Lune descendante du 1er au 13
Lune montante du 14 au 27
Lune descendante du 28 au 31

Repos les 13, 14, 27 (Nœud lunaire ou Apogé ou Périgé)





Aout 2018


Jours Feuilles : 3, 4, 11, 19, 20, 30, 31
Jours Fruits : 5, 12, 13, 21, 22
Jours Fleurs : 1, 2, 9, 17, 18, 26, 27, 28, 29
Jours Racines : 6, 7, 8, 14, 15, 16, 25

Lune descendante du 1er au 10
Lune montante du 11 au 24
Lune descendante du 25 au 31

Repos les 10, 23, 24(Nœud lunaire ou Apogé ou Périgé)

lundi 25 juin 2018

Les vignes au jardin d'Ecolo-bio-nature (vidéo)

Les vignes au jardin d'Ecolo-bio-nature (vidéo)


Aujourd'hui, je vous propose une petite vidéo sur les vignes de mon jardin.

En tout, au long de ces années, j'ai planté 7 variétés différentes :
  • des variétés anciennes aux goûts surprenants, résistantes au mildiou 
  • et des variétés classiques.



Les variétés que je vous ai présenté :
  • classiques : chasselas, muscat blanc, muscat bleu
  • anciennes : Concord noire, Noah, Isabelle, Olivette Dattier de St Vallier

                


samedi 23 juin 2018

Les macro-organismes auxiliaires, nous aident à protéger nos cultures



Les macro-organismes auxiliaires sont des petites bêtes, oiseaux insectivores, musaraignes, hérissons, insectes, araignées, acariens ou nématodes qui nous aident dans la protection de nos cultures.


Ils se divisent en 3 catégories :

  • les prédateurs : ce sont ceux qui se nourrissent de leur proie, comme la coccinelle, la syrphe, le chrysope, la musaraigne, le hérisson, la mésange, le carabe, etc. Ils agissent rapidement et durablement lorsqu'ils sont présents. Mais, encore faut-il les attirer dans notre jardin et les inciter à rester, en leur proposant le gîte et le couvert. Parfois, ils peuvent également s'attaquer à des espèces utiles au jardin.


  • les parasitoïdes : ils se développent jusqu'à l'âge adulte au dépend d'un autre organisme vivant, ils se nourrissent de l'hôte dans lequel ils sont pondus. Ce sont en général des micro-guêpes de l'ordre des hyménoptères. Comme ils sont spécifiques à leur hôte, ils ne risquent pas d'attaquer d'autres espèces mais il faut agir au bon moment et il faut les introduire nous-même au jardin.


  • les nématodes : ce sont des parasites, sortes de vers microscopiques dont certaines espèces sont utiles au jardinier alors que d'autres causes des dommages aux cultures. Ils vont parasiter leur hôte (limace, chenille, larves diverses) et le tuer. Il faut les acheter et ils sont difficile à utiliser car il faut respecter la bonne température du sol pour qu'ils puissent se développer.

Il existe encore beaucoup d'autres moyens de protection, c'est ce que nous verrons dans les prochains articles.

............

(source image wikipédia)

mercredi 20 juin 2018

12 gestes utiles pour moins jeter

12 gestes utiles pour moins jeter


Voici 12 gestes utiles pour moins jeter.
Si vous suivez ce blog et appliquez les conseils donnés, vous pratiquez déjà certainement, car j'en ai déjà parlé plusieurs fois, mais un petit rappel est toujours utile :


  • choisir des produits écolabellisés,
  • choisir des appareils réparables, ou en matériaux solides (bois, fonte, etc.)
  • privilégier le vrac ou les produits avec le moins d'emballages,
  • composter ses déchets organiques,
  • mettre un STOP PUB sur la boîte aux lettres,
  • refuser les échantillons et les goodies,
  • trier les déchets recyclables, 
  • déposer les contenants en verre (bouteilles, bocaux) dans les conteneurs à verre,
  • réparer ou recycler tous mes objets,
  • porter à une recyclerie ou une donnerie ce qui n'est plus utilisé,
  • ramener en magasin les piles, batteries, pneus, ampoules, appareils électriques et électroniques, médicaments,
  • porter en déchetterie les produits dangereux ou encombrants.

Enfin, sachez que si les déchets que vous avez déposés à côté des bacs de collecte n'ont pas été collectés, c'est tout à fait normal. En effet, pour suivre la recommandation R437 de la Caisse nationale d'assurance maladie des travailleurs salariés, les ripeurs (éboueurs) n'ont plus le droit de les ramasser. La CNAMTS a mis en place cette recommandation pour éviter que les agents collecteurs  souffrent de coupures ou de douleurs musculaires en ramassant ces déchets hors des bacs (les bacs ayant été mis en place pour éviter ces mêmes risques).

(source image : pixabay.com)

                       

lundi 18 juin 2018

La serre se refait une beauté



J'ai enfin changé la bâche de la serre. Il pleuvait à l'intérieur ce qui pour les tomates n'est pas très conseillé ! J'aurais aimé une bâche blanche armée, mais ça n'était pas dans mes moyens, de ce fait je me suis rabattue sur une bâche thermique de 200 microns, fabriquée en France.




Son avantage c'est qu'elle est garantie 5 ans contre les U.V,, mais pour le reste.... En l'installant, j'ai déjà fait un trou, heureusement c'est dans le bas. Pourtant, nous y sommes allées doucement ! J'ai donc peur que le frottement contre les têtes de vis des arceaux provoque rapidement des déchirures.






Un autre avantage par rapport à l'ancienne c'est qu'elle est très claire, très lumineuse, on voit bien à travers.




Il restera encore les portes à refaire, mais pour ça nous avons le temps. En été il faut de l'air pour éviter la surchauffe et la condensation, donc il faudra juste les faire avant l'hiver.





samedi 16 juin 2018

Evolution de l'aménagement devant la maison : le design est bon !


Si vous suivez ce blog, vous savez que l'on a réaménagé le devant de la maison, à la place des sapins.

Apparemment, le design semble bon puisque tout à l'air de pousser correctement.

Les pommes de terre poussent bien même si le sol est acide.

Les plantes s'installent tout doucement et les guildes commencent à fonctionner.








Les blettes, les arroches et l'aneth ont pris leurs aises.







Les fleurs sauvages et autres végétations spontanées commencent à coloniser le site et à se marier avec les fleurs et légumes cultivés. Il faut déjà leur imposer quelques limites. Des plantations de patates douces par leur futur feuillage abondant vont permettre de les calmer un peu.




Les cultures en cageot ont fait leur apparition aux rares places encore disponibles.




Peu à peu la nature reprend ses droits et le lieu se transforme. C'est vraiment chouette la permaculture ! Pourtant depuis plus de 12 ans que je pratique, je devrais être habituée, mais je m'émerveille toujours de voir avec quelle rapidité et avec tellement peu de moyens un design de permaculture se met en place et commence à fonctionner. Nous ne sommes qu'en juin et il se dégage déjà une sensation d'abondance et une impression de calme et de bien-être...







            

mercredi 13 juin 2018

Arrivée du Framboisier Rustica de chez Globe Planter



J'attendais avec impatience l'arrivée du framboisier Rustica de chez Globe Planter et le voilà.

En effet, la société Globe Planter vient de créer un petit framboisier appelé Rubus idaeus Rustica 'Yummy'. Il a été créé pour fêter les 90 ans du magazine Rustica.

J'en avais entendu parler car il a été baptisé à Chantilly le 18 mai lors de la journée des plantes. C'est une sélection de Jan de Boer, le célèbre horticulteur hollandais spécialistes des framboises. Et j'avais hâte de le tester.








Il est super bien emballé comme toujours avec les plantes de chez Globe Planter.

C'est un framboisier de petite taille, compact qui peut se cultiver en pot. C'est un avantage pour les gourmands, amateurs de fruits rouges, qui n'ont qu'un balcon ou une terrasse à leur disposition.
Autre avantage, les fruits poussent rapidement et c'est une variété remontante, donc on a une production tout l'été.

Il se plait également en pleine terre. Mais ayant déjà de nombreuses variétés de framboisiers en pleine terre, j'ai choisi de le cultiver en pot.

Comme justement je venais de repiquer au jardin un Yuzu que j'avais en pot depuis 2 ans dans la cuisine et qui commençait à se trouver à l'étroit, j'avais un grand pot de disponible.
J'ai mis dans mon pot 1/3 de compost, 1/3 de terreau et 1/3 de terre végétale .Le compost va le nourrir, le terreau va drainer et alléger et la terre végétale va retenir l'eau pour empêcher l'ensemble de s'assécher trop vite.




J'ai paillé ensuite avec du broyat de noisetier qui me restait.




Je l'ai installé sur la terrasse, devant la maison (plein soleil le matin mais à l'ombre ensuite), près de la porte d'entrée. Quoi de plus convivial que d'accueillir les visiteurs avec ce type de gourmande ?




Normalement, voilà ce que cela devrait donner (photo du site Globe Planter)




Comme il est trop tard pour la première floraison, j’espère avoir des fruits à la deuxième en août-septembre.


Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...