mercredi 23 mai 2018

A la St Didier, semez vos haricots !

Sème tes haricots à la St Didier, tu en auras plein le panier


Le dicton populaire dit "Sème tes haricots à la St Didier, tu en auras plein le panier (ou encore "pour un tu en auras un millier").

Ca tombe bien, aujourd'hui c'est la St Didier ! Donc, allez-y semer vos haricots nains (dit aussi haricot à filet).

Les haricots à rame, eux doivent être semés plus tôt (une quinzaine de jours), mais pas trop tôt non plus.
Le haricot, pour pousser à besoin d'une terre bien réchauffée par le soleil. Il a besoin également d'une bonne terre qui, si possible, aura été enrichie en compost à l'automne.

Vous pouvez les tremper 24 à 48h  avant de les semer pour les réhydrater, cela accélérera la germination.




Ils ne doivent pas être semés trop profondément. La sagesse populaire dit "le haricot doit voir partir le jardinier". Une fois sorties, vous pouvez les butter (non il ne s'agit pas de leur tirer dessus avec un flingue, mais simplement de ramener de la terre au pied), mais personnellement je ne le fais jamais.
Par contre, une fois que leur taille leur permet de résister aux limaces, je les paille pour garder l'humidité au pied, car le haricot n'aime pas la sécheresse.




Les haricots (comme toutes les fabacées) sont des fixateurs d'azote. Dans leurs racines se forment des petits nodules qui à l'aide de bactéries vont fixer l'azote du sol et le redistribuer aux plantes environnantes. Donc après la récolte, laissez les racines des haricots en terre.




Haricot nain, haricot à rame, que choisir ?

Le haricot à rame est plus productif que le haricot nain, mais demande plus de travail et de place puisqu'il faut installer des rames pour le faire grimper.

Pour éviter d'installer des rames, vous pouvez réaliser une Milpa (appelée aussi les 3 soeurs), c'est-à-dire associer des haricots, du maïs et des courges. Les haricots vont grimper sur les tiges du maïs (qui a besoin de faire au moins 10 cm avant de semer les haricots, pour éviter que ces derniers l'étouffent). Les haricots vont apporter de l'azote au maïs et à la courge. Et les courges plantées aux pieds vont garder la fraîcheur du sol.




Haricot vert ou haricot sec ?

Le haricot étant en général très prolifique, personnellement je préfère choisir des variétés qui vont se manger en frais et en sec (comme orteil du prêcheur ou princesse de Pévèle. Ce qui me permet d'éviter d'en avoir marre d'en manger.



Les ravageurs :

Les plus courants sont la bruche et les limaces. Contre la bruche, il faut congeler vos haricots secs (et les refaire sécher ensuite ou les laisser au congélateur). En effet, le froid tue les oeufs qui auraient pu être pondus dans les haricots.




La conservation :

En conserve à l'ancienne (stérilisé), en lactofermentation ou en congélation pour le haricot vert.
A faire sécher pour les haricots secs.




Cette année j'ai mis en haricot à rame :
  • Orteil du prêcheur
  • Princesse du Pévèle
  • Or du Rhin
  • St Sacrement
  • Carminat
  • d'Espagne (décoratif et comestible)


Je suis en train de semer en haricot nain (je ne sais pas si j'aurai suffisamment de place pour tout mettre) :
  • Borlotto
  • noir
  • rouge
  • Azuki
  • vert du Nord
  • flageolet blanc des Flandres
  • oeil de perdrix


            


lundi 21 mai 2018

Fête de la nature 2018

Du 23 au 27 mai 2018, aura lieu la Fête de la Nature.

Plus de 5000 animations auront lieu dans toute la France.





Dans le cadre de cette Fête nous ouvrons notre jardin à la visite (guidée) le dimanche 27 mai. Il reste quelques places mais c'est uniquement sur réservation. Vous pouvez retrouver toute les informations sur notre ouverture ici : https://fetedelanature.com/edition-2018/porte-ouverte-au-jardin






Retrouvez toutes les informations et les différentes manifestations près de chez vous sur le site de la Fête de la Nature : http://www.fetedelanature.com


samedi 19 mai 2018

Bientôt la fête des mères et la fête des pères : quelques idées cadeaux



Vous cherchez des idées cadeaux pour la fête des Mères et la fête des Pères ? Voici quelques petites idées.

Commençons tout de suite par l'idée qui fâche !
Non, offrir des poules à une personne qui n'est pas prévenue n'est pas un cadeau ! C'est un fardeau ! Les poules ne sont pas des jouets ni des peluches : il faut s'en occuper tous les jours. De plus, la personne qui reçoit ce genre de cadeau empoisonné n'a pas forcément les lieux et le matériel (poulailler, mangeoire, abreuvoir, paille, grains, etc.) pour les accueillir.




Une idée simple et gratuite : une ou des boutures de vos propres plantes, un rejeton d'un de vos pieds de vivaces ou des graines que vous avez récoltées vous-même.
Ce petit cadeau fait plaisir à condition de bien vérifier que le papa ou la maman à qui il est destiné est vraiment intéressé par cette plante et à la place pour l'installer.





Un tee-shirt en rapport avec le jardinage ou la permaculture. Vous en trouverez de superbes et originaux (en version homme ou en version femme) sur le site sauvagementdesign.com





Mes livres de jardinage. Remplis de bons conseils et d'astuces ils seront utiles à bon nombre de jardiniers et de permaculteurs.


...............



Des livres de cuisine végétarienne. Manger sain et gourmand est bon pour la santé. Découvrez des recettes innovantes, inventives et faciles à réaliser.


...............


Des outils de jardinage de qualité. J'ai testé de nombreux matériels et outils et vous pouvez retrouver les tests sur ce blog notamment pour une bêche, une tondeuse à main, une biogrif, une jardinière sur pied, une paire de gants en cuir, un sécateur à crémaillère, etc.


Voilà quelques idées qui je l'espère vous auront été utile pour gâter vos parents.

mercredi 16 mai 2018

Zoom sur le Gaillet Gratteron

Zoom sur le Gaillet Gratteron


Aujourd'hui je voudrais vous parler d'une plante sauvage que l'on peut retrouver dans nos jardins, le Gaillet Gratteron (Galium Aparine). C'est  une herbacée de la famille des Rubiacées.

Cette plante envahissante, très résistante, est le signe d'un sol riche en nitrate. On peut la trouver dans les jardins, les bords de chemin, les friches. Elle aime l'ombre.
Elle mesure en général 20 à 30 cm, mais peut atteindre 2 m.Ses feuilles oblongues sont disposées en verticilles (elles font le tour de la tige en partant du même point).




Elle s'accroche facilement aux vêtements comme aux animaux grâce aux petits aiguillons courbés qui recouvrent sa tige carrée, ses feuilles et ses fruits.




C'est une plante médicinale qui est utilisée contre l'hypertension et la goutte. Elle est également antispasmodique, anti-inflammatoire et diurétique. Cuite, elle est utilisée contre les brûlures.

C'est aussi une plante, riche en vitamines C, dont on peut manger les jeunes tiges et feuilles, crues ou cuites. En jus ou mixée, on évite la rugosité. Ses fruits peuvent remplacer le café.




Elle peut servir de nourriture pour la volaille.

Grâce à son côté rugueux et accrochant, on peut s'en servir pour nettoyer la vaisselle, récurer des plats.




On peut également, l'utiliser en paillage comme barrière pour lutter contre les limaces qui n'apprécient pas son côté adhésif et rugueux.

lundi 14 mai 2018

Agriculture raisonnée ou comment tromper le consommateur



Les agriculteurs non bio essayent de nous faire croire qu'ils sont quand même vertueux en nous parlant d'agriculture raisonnée et d'agriculture intégrée. Mais à quoi cela correspond-il vraiment ?

Selon l'Inra, l'agriculture raisonnée autorise l'ensemble des techniques agricoles classiques (engrais et produits phytosanitaires de synthèse…), mais en les « raisonnant » c’est-à-dire que les agriculteurs ne traitent que s’il le faut, au bon moment et avec une dose et un matériel adaptés.

C'est-à-dire qu'ils traitent peut-être un peu moins, mais traitent quand même ! De plus, comme ils avaient l'habitude de traiter à tort et à travers et à très forte dose, une diminution n'entraîne pas un grand changement.


L'agriculture intégrée combine les pratiques agricoles pour minimiser le recours aux pesticides. Elle utilise de manière préférentielle des techniques alternatives, comme la lutte biologique ou des rotations longues. Elle lutte de manière intégrée, traitant uniquement si les seuils de nuisibilité de la maladie ou du ravageur sont atteints. Les intrants chimiques ne sont pas exclus, mais ne sont utilisés qu’en dernier recours.

Cette forme d'agriculture, bien qu'utilisant des produits chimiques, ne s'en sert qu'en dernier recours. C'est déjà un mieux par rapport à l'agriculture raisonnée. Toutefois, tout dépend de la façon dont est compris le terme "en dernier recours". Certains agriculteurs pouvant, hélas, estimer être en situation de dernier recours.


L'agriculture biologique est un système global de gestion agricole et de production alimentaire qui allie les meilleures pratiques environnementales, un haut degré de biodiversité, la préservation des ressources naturelles, l’application de normes élevées en matière de bien-être animal et une méthode de production respectant la préférence de certains consommateurs à l’égard des produits obtenus grâce à des substances et des procédés naturels.

Si l'on veut consommer des produits de qualités, qui respectent notre santé ainsi que la nature, c'est bien ce dernier type d'agriculture uniquement qu'il faut favoriser et encourager.
Plus nous serons nombreux à consommer des produits bios, plus la demande sera forte et plus les agriculteurs changeront leurs pratiques. Mais, pour éviter que la bio soit accaparée par les industriels, il faut favoriser les circuits courts, les Amaps, les producteurs bios et maraîchers bios locaux ou régionaux.


(source du texte en italique : Inra.fr)



..........

samedi 12 mai 2018

Il reste toujours un peu de place pour de nouveaux aménagements au jardin

nouveaux aménagements dans mon jardin en permaculture.


Hé oui, en regardant bien, il reste toujours un peu de place pour de nouveaux aménagements dans mon jardin en permaculture.

L'année dernière j'avais commencé à planter des fraisiers et de la sauge au pied du grillage  de l'enclos des canards. Cette année, j'y ai installé également des pois capucine qui pourront grimper sur le grillage. Ils sont comestibles et décoratifs et ils apporteront également de l'azote aux fraisiers.






J'ai également laissé le lierre terrestre qui était devant, car il forme une sorte de bordure. J'aurais juste à surveiller qu'il n'envahisse pas toute la zone et étouffe les fraisiers.




A côté, au pied de l'échelle, l'année dernière il y avait un ballot de foin dans lequel j'avais fait des cultures. Aidé par les canards qui trifouillaient constamment dedans, le ballot s'est bien décomposé. J'ai laissé ce qui restait et j'ai juste ajouté des branches du cèdre qui ont été coupées pour mieux délimiter l'emplacement.

J'ai planté 2 pieds de courgettes (de Nice et maraîchère) que j'ai couvertes pour le moment. En effet, les nuits sont encore fraîches et de plus cela protège également les jeunes pieds du bec des canards qui en cherchant partout risqueraient de les déterrer. Ils sont serrés mais je compte sur le fait qu'ils essayeront de se développer vers l'extérieur.




J'ai ajouté un pied de thé de longue vie qui pourra grimper le long de l'échelle. Malheureusement, il n'a pas l'air d'apprécier d'être dehors (avant il était dans la maison). Pourtant c'est une plante qui est censée supporter le froid jusqu'à - 15 ° et dans la maison il ne fait pas chaud la nuit (environ 10° l'hiver). A moins que ce soit les chaleurs caniculaires de ces derniers jours qui ne lui aient pas réussi.




Le long de l'autre pied, j'ai installé 3 pieds de haricot d'Espagne qu'il me restait. J'en ai encore quelques-uns qui poussent en godets et je les ajouterai. Ils pourront grimper également. Ils sont décoratifs et comestibles et apporteront de l'azote (en quantité limitée vu leur nombre, mais c'est toujours çà) aux pieds de courgette.




Sur cette zone qui fait environ 85 à 90 cm de profondeur sur 65 cm de long, j'ai déjà mis 4 plantes (dont 2 qui prennent de la place) et il reste encore un peu de place sur le devant pour mettre 2 choux feuilles (mais il faudra que je les protège des canards). A cela s'ajoutent les pois, fraisiers, sauge et lierre terrestre devant le grillage.

Vous voyez qu'il ne faut pas beaucoup de place pour commencer à créer un potager et à cultiver !



......

mercredi 9 mai 2018

Sortie des pommes de terre

Sortie des pommes de terre


Les pommes de terre commencent à sortir, il va être temps de les pailler.

Cette année, j'ai des pommes de terre à trois endroits différents.

Sur la première butte,dans le jardin,  j'ai planté des restes de pommes de terre de l'année dernière. Elles ont été plantées au plantoir à bulbes (voir ici comment faire). Puis j'ai mis une couche de paille (bio) et une fine couche de tonte de pelouse. Je vais remettre de la paille par dessus puis des déchets verts, au fur et à mesure de la pousse des tiges.




Les autres pommes de terre ont été plantées devant la maison.

Dans la butte réalisée à l’automne, j'avais mis de la terre fortement argileuse, du fumier de cheval, un peu de paille (bio) et une grosse quantité d'aiguilles de pin (la pomme de terre peut supporter un pH de 6.5). 






Au milieu j'ai semé des épinards, ils me serviront pour pailler accompagné de tonte de gazon.
Là aussi j'ai planté mes Sarpo Mira au plantoir.

Dans la toute nouvelle butte, j'ai mis des Sarpo Una, des Cornes de Gattes et des restes de l'année dernière.
Comme la butte est nouvelle, je me suis contentée de mettre du carton et de le recouvrir de fumier de cheval mûr. Ensuite, j'ai posé mes pommes de terre par dessus. Je les ai recouvertes, chacune d'un peu de compost. Pour combler les trous entre les pommes de terre, j'ai mis des aiguilles de pin. Puis j'ai recouvert le tout d'une bonne couche de paille (bio) puis de foin.







Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...