mercredi 7 décembre 2016

La micro-agriculture pour lutter contre la pauvreté : l'exemple de l'Afrique du Sud

La micro-agriculture est une solution pour lutter contre le chômage et la pauvreté. Non seulement, elle permet aux personnes de se nourrir mais également de vendre leur production. (A condition, de ne pas vivre dans un pays où les normes ne permettent pas ce type de vente).

Dans cette vidéo, les populations rurales de Cape Town cultivent des légumes et des fruits bio qu’elles revendent en ville.





En France, cela pourrait être une solution si les normes et les réglementations spécifiques à l'agriculture n'étaient pas si restrictives. Or, pour le moment il faut se contenter de produire uniquement pour se nourrir et distribuer autour de soi. 

Si l'on veut vendre sa production, il faut que cela se fasse devant son habitation et ne pas dépasser 300 euros par an, ou s'installer agriculteur ou maraîcher (le statut d'auto-entrepreneur n'est pas autorisé en agriculture), ou à la rigueur créer une association.

lundi 5 décembre 2016

A vos boutures de petits fruitiers ! Prêt ? Partez !

Boutures de petits fruitiers


Fin novembre, début décembre c'est le bon moment pour faire vos boutures d'arbres, arbustes (en fait toutes les plantes ligneuses) et notamment celles de petits fruitiers comme le framboisier, le cassissier, le groseillier, les ronces à mûres, etc.

Comme dit le dicton, A la Sainte Catherine tout bois prend racine ! En effet, à cette période les plantes ligneuses sont en repos végétatif et les chances de reprise sont plus grandes.

Personnellement, je n'ai plus besoin pour le moment de nouveaux pieds. J'ai assez de cassisiers et de groseilliers. Et, pour ajouter des framboisiers (chez les gourmands il n'y en a jamais assez) j'utilise plutôt des pieds qui ont drageonné et que je dois enlever.

Mais, pour offrir, il est intéressant d'avoir fait des boutures de framboisiers. Même les personnes rétives au jardinage apprécient d'aller grignoter des framboises directement sur le pied et cela me permet de leur inoculer le virus du jardinage sans qu'elles s'en aperçoivent ! 😉

Et, en plus je peux vous montrer comment il faut faire !

J'ai donc choisi une journée ensoleillée de fin novembre pour tailler mes framboisiers et en profiter pour récupérer quelques boutures.






Une petite précision sur la taille d'hiver : sur un framboisier remontant, on doit couper au ras du sol les branches qui ont fructifié l'été et les branches faibles et sur les non-remontants on doit raccourcir de moitié les branches les plus vigoureuses et supprimer les autres. 
Mais, en procédant ainsi, on prive des insectes comme les coccinelles d'abris ou de perchoir. 




Donc je taille, oui, mais je fais une taille de paresseux. C'est-à-dire que je taille que la moitié des framboisiers et je laisse les autres en l'état. Si plus tard, je constate qu'ils dégénèrent, je pourrais toujours les supprimer, j'aurai quand même de quoi me régaler avec ceux qui auront été taillés et fructifieront correctement.

Mais revenons aux boutures.

Je coupe des tronçons de 3 à 4 yeux (en fonction de la longueur de la branche). 




Et je taille en biseau le bas, afin que les racines puissent facilement pousser (puisse-qu’il y a moins de parties ligneuses présente avec cette coupe).






Et, en général je les plante dans un coin du jardin (loin des canards) et je les oublie jusqu'au printemps. Sauf, que, depuis 2 ans je me fais avoir par des petites gelées de printemps qui me grillent mes boutures au moment où les jolis bourgeons commencent à s'ouvrir. 
Donc, cette année, je suis obligée d'employer les grands moyens et faire des boutures en pot.




J'ai donc préparé un mélange composé d'1 tiers de terreau du commerce, 1 tiers de compost et 1 tiers de sable.




Le framboisier reprend facilement, il n'est donc pas la peine de les tremper dans de l'eau de saule (elle est longue à préparer et ne se garde que 48h) ou de ronce.

J'enfonce les boutures dans les pots (4 par pot maxi) et je laisse dépasser au moins 2 yeux.




J'arrose et j'ajoute une étiquette et voilà. Il ne me restera plus qu'à les installer dans la serre (les risques de gel seront moins élevés), à les sortir dans la journée quand il fait soleil et à ne pas oublier de les arroser. 







samedi 3 décembre 2016

Grâce à Tipeee, aidez-moi à propager le virus du jardinage !



Comme vous le savez si vous me suivez régulièrement, mon but est de propager le virus du jardinage « 100 % naturel », de mettre l'écologie, le bio et la Nature au centre des préoccupations citoyennes et de proposer des solutions pour mieux vivre au quotidien.


La permaculture étant plus une philosophie de vie qu’une simple technique de jardinage, le savoir-faire mais également le savoir-être sont au cœur de ma démarche.
Je transmets mes savoirs, mes conseils, infos et astuces concernant le jardinage, la permaculture, le bio, l'écologie, l'environnement, le développement durable et la nature dans mon blog, au travers d’articles, de vidéos et de livres.
Mais, mes actions restent limitées actuellement alors qu'il est plus que nécessaire de les développer pour toucher un maximum de personnes.

Aussi, j'ai décidé de m'inscrire sur Tipeee. Tipeee est une plateforme de financement participatif basée sur le principe du pourboire. Ce site permet aux internautes de soutenir, s'ils le souhaitent, une action, un but que réalise déjà le solliciteur, mais qu'il veut développer, amplifier. 

Pour devenir Tipeur d'un projet, l'internaute doit indiquer un montant (à partir de 1€) qu'il souhaite donner au créateur de contenu. Et pour rester dans des montants raisonnables, l'internaute peut indiquer dans tous les cas un maximum mensuel à ne pas dépasser.

Sur Tipeee, un Tipeur peut à tout moment modifier ou annuler ses promesses de Tips. Il n'y a donc ni obligation d'achat, ni objectif à atteindre, ni durée de collecte. Ici chacun participe à hauteur de ce qu'il souhaite, s'il le souhaite et pour la durée qu'il souhaite. Par son Tip, le Tipeur encourage le solliciteur à continuer ses actions et lui donne les moyens de le faire dans de bonnes conditions.

Je me suis inscrite sur Tipeee car j’aimerais que l’argent récolté me permette de dégager du temps pour réaliser encore plus de vidéos et de livres, d’ouvrir mon jardin plus souvent à la visite, de faire de nouveaux tests, d’acclimater de nouvelles plantes, d’améliorer mon jardin et d’étendre les parties cultivées, de diversifier et d’alimenter plus souvent les 2 grainothèques dont je m’occupe et de remplacer ma serre tunnel trop petite et percée.

C’est pour ces raisons que je fais appel à vous afin que vous souteniez mes projets et que par vos dons vous m’aidiez à faire vivre cette idée, peut-être un peu utopique mais indispensable pour la survie de notre monde, de reconnecter l’Humain avec la Nature.

Par vos tips vous participerez à cette belle aventure. Vous serez en quelque sorte mes lutins bienveillants et me donnerez l'énergie pour aller de l'avant, pour créer encore plus de contenus disponibles pour tous et pouvoir propager plus loin et plus fort encore le virus du jardinage. Ensemble, nous contribuerons, à notre modeste niveau, à l'élaboration d'un monde meilleur.



mercredi 30 novembre 2016

Un temps pour tout



Quand semer telle plante ? Quand planter tel légume ? Faut-il suivre les indications du sachet, celles du voisin ou du dernier livre à la mode ?

Pas toujours évident de savoir définir le meilleur moment pour planter ou semer. Bien sûr, on peut tenir compte des indications écrites sur les emballages. Mais ces informations correspondent à des moyennes, celles des livres également.

Or, rien qu'en France, il existe 5 zones de climat (parfois subdivisés en sous-zones) :

  • océanique
  • semi-océanique (appelé aussi océanique dégradé)
  • continental
  • montagnard
  • méditerranéen


Les températures peuvent grandement varier selon ces différents climats et l'arrivée des saisons aussi.

Et les changements climatiques viennent perturber encore plus les données.

Il peut donc être intéressant pour le jardinier permaculteur de tenir un carnet de BioTime, qui lui permet, d'après ses propres observations, de connaître précisément en fonction de sa localité, les rythmes des saisons.

L'observation de la nature est un des piliers de la permaculture. L'enregistrement des événements et des motifs nous conduit a un plus grand sentiment d'intimité avec les plantes dans son jardin, le microclimat de sa région et de son propre jardin et nous rend plus conscients des différentes espèces et leurs habitudes chaque année.

Il ne reste plus ensuite qu'à tenir compte (ou pas) de la lune pour planter ou semer au meilleur moment.

Prenons l'exemple des pommes de terre : chez moi,  je plante la majeure partie de celles-ci quand les fleurs de lilas sont en boutons.
Les haricots ? Ils sont semés quand les cerises de mon cerisier Montmorrency commencent à rosir.
Les pissenlits sont en fleurs ? On attaque les semis en pleine terre sous voile. etc.


Comment tenir ce carnet ? 

Vous pouvez prendre un carnet et chaque jour sur une feuille ou une demi-feuille noter vos observations ou vous contenter d'annoter les pages de votre agenda ou de votre calendrier de semis. Ainsi d'année en année vous aurez des tendances qui vont se dégager et vous saurez plus précisément quoi faire et à quel moment.


(source image : http://hmf.enseeiht.fr/travaux/CD0809/bei/beiere/groupe3/node/101)

lundi 28 novembre 2016

Une école où l'on apprend le jardinage en plus des maths et du français : Caminando

Une école où l'on apprend le jardinage en plus des maths et du français : Caminando

Je vous invite aujourd'hui à découvrir une école primaire pas comme les autres où l'on apprend, en plus des savoirs académiques obligatoires, le jardinage , la cuisine, etc. Les petits habitants de la Drôme ont bien de la chance...


samedi 26 novembre 2016

Zoom sur le ver de terre et le crapaud : 2 mal-aimés pourtant indispensables au jardin



Je vous propose un petit film muet, en noir et blanc, datant de 1920 qui faisait la promotion de 2 mal-aimées au jardin : le ver de terre et le crapaud.

On redécouvre à l'heure actuelle l'intérêt très bénéfique de ces 2 espèces qui sont enfin réhabilitées.

Le jardinier bio et/ou permaculteur sait très bien que ces espèces font partie des auxiliaires indispensables au jardin et il favorise leur implantation et leur multiplication.

Mais déjà en 1920 on connaissait (certainement moins précisément que maintenant) leur rôle biologique très important.


mercredi 23 novembre 2016

Comment transformer des pots en terre cassés en magnifiques décors




Avec la tempête d'hier et d'avant hier, j'ai eu des pots en terre qui sont tombés et certains se sont cassés.
Oui, j'avoue, je m'étais contenté pour le moment de les empiler à l'extérieur et je ne les avais pas encore rangés dans le garage. Ca m'apprendra !
Comme les petits morceaux sont utiles au fond des pots, j'ai cassé en très petits morceaux ceux qui étaient abîmés, sans réfléchir.

Et une heure après, je me suis souvenu que l'on pouvait utiliser ces pots cassés pour faire de féeriques décors, des jardins miniatures. Les anglophones appellent ça des Fairy Garden.
Un mélange de terreau, de compost et de sable, du gravier, des cailloux, des petits branchages, quelques plantes, ou arbres miniatures, les pots cassés et leurs morceaux et le tour est joué !

Comme j'ai une belle collection de sedum et de plantes succulentes (notamment des Joubardes), des fougères, etc. cela aurait été parfait ! Je me serais bien giflé mais ça n'aurait rien changé, il était trop tard ! Il n'est pas question pour moi bien évidemment de casser intentionnellement des pots en terre, ils sont trop utiles au jardin ! Je m'en veux déjà assez de ne pas avoir rentré avant ceux que j'avais !

Pour me consoler, je suis allée voir sur le net quelques réalisations. Et, pour vous éviter de faire la même erreur que moi, et vous inspirer si vous vous retrouvez dans cette situation, je vous propose une sélection de quelques-unes des photos (celles que j'ai préféré).


 (source Sue Matyszak)


(source Susie Morgan Wilburn)


(source Sarah Wynne)


(source Kelli Voss)


(source Chigiy)


(source naturework.com)


(source wohlundtoll.com)


(source Rebecca Snyder) 



(source hm-decor.com)



Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...