mercredi 22 novembre 2017

Le permis de tronçonneuse, mythe ou réalité ?




Peut-être avez-vous entendu parler du permis de tronçonneuse. Sinon, sachez que, comme dans de nombreux pays européens, le permis de tronçonneuse sera mis en place en France à partir du 5 décembre 2017. Sa mise en place a été instituée par le décret sur les travaux forestiers applicable au 5 décembre 2017 (décret n° 2016-1678 du 5 décembre 2016).

Rassurez-vous, pour le moment le permis est juste "fortement recommandé" et ne concerne que les élagueurs en autoentreprise, les ouvriers des espaces verts et les sapeurs-pompiers.

Mais, il est fortement question que cette recommandation devienne en 2018 obligation et que ce permis, pour son premier niveau, concerne aussi les particuliers.
Ce n'est pas un hasard si plusieurs chambres d'agriculture, établissements scolaires et centres agréés ont ajouté cette formation à leur catalogue.


Le permis comporte 4 niveaux :

Le premier niveau, ECC1, est le certificat minimum pour tout utilisateur, et donc forcément à terme pour les particuliers. Pour le moment la formation est juste "ouverte" aux particuliers, mais ça reste du volontariat. La formation d’une journée ( plus une demi-journée pour l’examen) dispense les connaissances nécessaires au bon usage et à l’entretien d’une tronçonneuse. Son coût est d’environ 250 €, ce qui n’est pas à la portée de toutes les bourses.

Les niveaux suivants sont plutôt réservés aux professionnels.
L’ECC2 concerne l’abattage de petits bois. La formation dure 4 jours (plus une demi-journée pour l’examen) et à un coût d’environ 1 300 euros.

L’ECC3 est  pour l’abattage de gros bois et l’ECC4 pour l’abattage des arbres difficiles et déracinés.


Je suis d'accord sur le fait qu'une tronçonneuse c'est dangereux. Que ce permis soit obligatoire pour les professionnels, ok. Mais les particuliers ? Je trouve ça complètement ridicule !! A part me blesser moi-même en coupant mon bois, ou faire tomber l'arbre que je suis en train de couper sur la maison du voisin, quels risques vais-je faire courir à la collectivité ? 

Bon d'accord, si je dois me faire soigner, ça coûte des sous à la collectivité. Mais, un malade à cause de la cigarette ne coûte-t-il pas des sous à la collectivité ? Et pourtant il n'a pas besoin de permis ! 

Je peux aussi avoir envie de  faire un remake du film Massacre à la tronçonneuse. Mais, à part çà ? N'est-il pas beaucoup plus dangereux de laisser circuler sur la voie publique des voiturettes sans permis ? Et pourtant, elles ont bien le droit de circuler. 


Lorsque ce permis deviendra obligatoire, est-ce que les forces de l'ordre (dont le nombre ne va pas vers l'augmentation et dont l'emploi du temps est déjà plus que surchargé) auront le temps de venir nous contrôler dans nos jardins ? 


Donc en résumé, pour le moment les particuliers peuvent dormir tranquilles, mais doivent néanmoins rester vigilants. Ceux qui le veulent et en ont les moyens peuvent passer le premier niveau ECC1.
Quant aux autres, ils peuvent toujours s'entraîner à couper leur bois à la main !! 😃

Personnellement, j'ai fabriqué un chevalet de sciage qui me paraît suffisamment sécurisé et j'utilise une tronçonneuse électrique qui s'arrête dès que je lâche le bouton. (J'ai aussi une tronçonneuse à essence, mais elle n'est utilisée que par un neveu, lorsqu'il doit nous couper de grands arbres). Je ne vais donc pas aller ressortir du fond du garage les scies de mon grand-père.


Je vous rappelle néanmoins, pour ceux qui utilisent une tronçonneuse, les accessoires indispensables :
  • un écran de protection ou de lunettes contre les projections, 
  • les protecteurs contre le bruit, 
  • les gants, 
  • et si possible un pantalon permettant de prévenir les risques de coupure. 


Si cet article vous a intéressé, vous pouvez soutenir mes actions sur Tipeee 





lundi 20 novembre 2017

De novembre à mars, s'il ne gèle pas, plantez !



La saison des plantations va bientôt commencer. A partir de la Ste Catherine (c'est bien connu, à la Ste Catherine, tout bois prend racine, comme dit le dicton) et lorsque qu'il ne gèle pas vous pouvez commencer à planter.

Oui, mais quoi planter ?

Si possible, favorisez les essences locales, plus adaptées à votre climat. Diversifiez vos plantations afin de lutter contre les maladies et ravageurs. Cela permet également de jouer sur les couleurs et les textures des feuillages pour un effet décoratif. Et cela permet d'accueillir et de favoriser le développement de toute une faune, pour plus de biodiversité. N'oubliez pas de tenir compte de la future taille adulte de vos arbres avant de les planter.

Evidemment, les premiers arbres à planter sont des fruitiers. Que ce soit des petits fruitiers, comme les groseilles, cassis, baie de Mai, framboisiers, etc. Ou les fruitiers "normaux", comme les cerisiers, pommiers, poiriers, pruniers, figuiers, pêchés, etc... Si votre jardin est petit ou moyen, préférez les variétés greffées sur des basses tiges.

Mais, vous pouvez avoir besoin aussi de haies pour protéger votre jardin. Dans ce cas, choisissez plutôt des variétés donnant des fruits comestibles comme les noisetiers, les pruneliers, les arbres à baies (Aronie, Cornouillier mâle, Argousier, Amélanchier, certains Eléagnus). Ces haies fruitières pourront également servir de nichoir et de garde-manger pour les oiseaux.

Vous pouvez aussi avoir besoin d'arbres fixateurs d'azote comme l'Aulne, le Robinier Faux-Accacia, pour les grands arbres ou les Eleagnus et l'Argousier (pour les petits.)


Vous pouvez rechercher des variétés vous permettant de faire de la vannerie comme le noisetier, le châtaignier (à réserver aux grands terrains), l'érable champêtre, le saule, la viorne, le tilleul.


Où trouver les arbres et arbustes ?

Préférez les arbres à racines nues, moins chers et privilégiez les pépinières disposant d'essences locales. Vous pouvez aussi, si vous habitez dans le Nord-Pas-de-Calais profiter de l'opération Plantons le Décor.


Où planter ?

Pensez à bien respecter les besoins de vos plantes, que ce soit au niveau du sol, de l'ensoleillement, de l'humidité ou des températures supportées. Elles pourront grandir ainsi dans de bonnes conditions et seront moins sensibles aux maladies et ravageurs. Pour gagner de la place, vous pouvez réaliser un jardin-forêt.


Comment planter ?

Faire un trou de grande taille. Installez votre arbre en vérifiant que le point de greffe ou le collet est au-dessus du sol. Si des racines sont cassées ou en partie arrachées, faites une coupe nette. Vérifiez qu'il est bien droit et ajoutez un tuteur. Comblez le trou avec la terre enlevée en essayant de respecter les différentes couches du sol (la couche du dessus que vous avez enlevée doit à nouveau se retrouver sur le dessus et non pas au fond). Tassez légèrement. Arrosez copieusement (jusqu'à ce que les bulles d'air disparaissent) et ajoutez une bonne couche de paillage.

(source image : jardiland.fr)




...............

samedi 18 novembre 2017

Alerte sur la biodiversité : plus de 30 % des espèces animales sont menacées d’extinction !

Alerte sur la biodiversité : plus de 30 % des espèces animales sont menacées d’extinction !


Alain Bougrain-Dubourg, administrateur de l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature, s’alarme, encore une fois, de la disparition des espèces terrestres et marines.  

Au fil des années, la biodiversité est de plus en plus en danger ! En seulement 8 ans, les chiffres ont explosé. En 2009, le 1/4 des espèces étaient menacées, aujourd’hui, c’est le 1/3 !

Quelques exemples, le lapin de Garenne, le vison d’Europe, le putois, la chauve-souris, le cachalot et bien d’autres encore, voient leur population diminuer au fil des années.

Les raisons de cet appauvrissement de la biodiversité sont bien connues : les pesticides (qui détruisent la nourriture des insectivores), la diminution des surfaces naturelles et agricoles (les animaux n’ont plus d’endroits pour vivre), la pollution dans les mers et océans, la surpêche, l’augmentation du trafic maritime et le cachalot.

La menace sur les espèces animales ne fait que grandir ! Pourtant, avez-vous entendu les pouvoirs publics en parlaient récemment ? Les chefs de l’Etat ou leurs ministres ont-ils lancé un quelconque cri d’alarme ?

Non, tous les discours tournent autour du réchauffement climatique, qui est une cause évidemment à défendre.

Mais, l’écologie et l’environnement, ce sont bien plus que ça ! Sans les animaux, sans le vivant, sans la biodiversité, le monde court un très grave danger, tout aussi alarmant qu’avec le réchauffement climatique.

Toutefois, Alain Bougrain-Dubourg veut rester optimiste. Certaines espèces ont vu leur population augmenter ces dernières années comme la loutre, le bouquetin ou la cigogne. Et, savez-vous pour quoi ? Tout simplement parce que l’Homme a décidé d’agir et de les protéger !




Liste rouge des espèces menacées en France : http://uicn.fr/liste-rouge-france/


.....

mercredi 15 novembre 2017

L'intelligence des arbres (vidéo)



Les arbres sont des êtres vivants, sociaux, dotés d'une intelligence. Ils se parlent, s'entraident, se défendent.

Regardez le très beau reportage d'Envoyé spécial sur ce sujet :




Et, si ce n'est pas encore fait, je vous  recommande de lire les excellents livres de Peter Wohlleben sur ce sujet (je vous ai déjà d'ailleurs parlé de l'un d'eux ici).


............


(source image : https://www.hpcwire.com/2014/02/09/hpc-roots-feed-big-data-branches/)

lundi 13 novembre 2017

La richesse de la vannerie sauvage

La nature nous propose continuellement quantité de matériaux pour développer notre créativité et créer de superbes et utiles objets en vannerie sauvage.

Voici, en vidéo, les principaux matériaux utilisés en vannerie sauvage :




 Une fois les matériaux récoltés, il faut savoir ce que l'on veut réaliser. Pour cela, voici une vidéo qui vous présente quelques exemples de réalisations en vannerie sauvage:



..........

samedi 11 novembre 2017

Un petit tour dans la serre 7 novembre 2017



Aujourd'hui je vous emmène dans la serre. Il y a eu une gelée à - 5° malheureusement cette semaine ce qui a détruit, en une nuit, une partie de ce qui restait dans la serre. Maintenant il ne gèle plus mais le mal est fait ! Heureusement, il reste encore quelques petites choses...



............

mercredi 8 novembre 2017

La récolte des poires de terre

La récolte de poire de terre


Il était temps de récolter les poires de terre (appelées aussi Yacon) car la première grosse gelée est arrivée. J'attends le plus tard possible pour les récolter, car c'est seulement à l'automne que les tubercules se forment et grossissent.

Les pieds ont souffert de la sécheresse, ils sont beaucoup moins hauts que d'habitude (la plante peut atteindre 1m50 à 2 m) mais la belle arrière-saison leur a permis de rattraper un peu leur retard.




Les poires de terre sont enfoncées profondément et plusieurs pieds sont dans des buttes avec une terre assez argileuse. Il a donc été difficile de les récolter et j'ai eu de la casse.


La récolte de poire de terre




Un morceau cassé, resté en terre




Ici la terre était plus meuble et donc j'ai pu sortir le pied en entier.


La récolte de poire de terre




Pour 5 pieds de poire de terre, c'est peu. J'en avais eu plus l'année dernière. Malgré le paillage, le manque d'eau est passé par là.




Je remettrai peut-être une partie des pieds en lessiveuse ou en pot de grande contenance, l'année prochaine, pour faciliter la récolte, avoir moins de casse et ne pas déranger la terre des buttes. 
Enfin, si les pieds ont passé l'hiver au sous-sol sans dommages. 

Pour les conserver, je retire les tubercules (qui eux seront stockés dans du sable), je dédouble les souches et je les remets dans des pots avec du terreau. Je ne les arrose qu'une fois ou deux si la terre est vraiment sèche (sinon il y a un risque de pourrissement du pied). Au printemps je sors les pots et les mets dans la serre pour qu'ils se réveillent et commencent à pousser et je ne les repique en pleine terre qu'après le 15 mai.

Je vais devoir manger rapidement les tubercules cassés (c'est dommage, car la concentration en sucre augmente avec le temps). Les autres seront conservés dans le sable, au sous-sol.

Je les mange crus, épluchés et coupés en tranche, mais on peut aussi les faire cuire.


Si cet article vous a plu, 
soutenez mes actions sur Tipeee 

lundi 6 novembre 2017

Mes petits moments préférés durant l'automne (vidéo)



Aujourd'hui, dans cette vidéo, je vais vous parler de mes petits moments préférés à l'automne.




Je viens de m'apercevoir que j'avais oublier dans la vidéo d'évoquer le ramassage de champignons. C'est aussi un de mes moments préférés. Je ramasse plutôt les champignons qui poussent dans mon jardin car en forêt je ne connais pas bien les espèces (à part une ou deux) et j'ai peur de me tromper.

Et vous, quels sont vos petits moments préférés à l'automne ? N'hésitez pas à m'en parler en commentaires.


Si vous avez aimé cette vidéo, soutenez mes actions
sur Tipeee (soutien possible à partir de 1 euro)

(source image : wikipédia)

samedi 4 novembre 2017

Essais de boutures de patate douce

Essais de boutures de patate douce


Il va bientôt être temps de récolter les patates douces de la serre.

Cette année, j'ai décidé avant de les enlever d'essayer de faire des boutures.
Je ne sais pas si je vais les réussir et si j'arriverais à les conserver jusqu'en mai.

Mais, si ça marche, ce sera une bonne alternative à la technique utilisée au printemps qui est de mettre une patate douce coupée en 2 dans un verre d'eau et de récolter les pousses. Chez moi ça ne marche jamais très bien, les pieds végetent, résultat je suis obligée à chaque fois d'acheter, en désespoir de cause, des pieds au prix fort (et ce n'est pas donné, d'autant qu'en général, seule une moitié d'entre eux reprennent.)

Je vais essayer 2 méthodes :

La première c'est de couper de jeunes pousses au bout des tiges et de les mettre dans l'eau jusqu'à ce qu'elles s'enracinent. Puis, ensuite de les transférer dans des pots.




La deuxième c'est d'utiliser les jeunes pousses à l’aisselle des feuilles.






Je prends une jeune pousse, je garde un petit morceau de la tige, 




je la trempe dans un fond d'eau de saule (qu'il me reste mais dont je ne suis pas sûre qu'elle soit encore utilisable) puis je la mets en godet, dans du terreau.




Je verrais si elles font des racines et si j'arrive à les conserver en bonne santé jusque fin avril, début mai pour pouvoir les repiquer ensuite.

6 mois ça me paraît beaucoup, pour les conserver au stade de bouture, mais tant pis je teste.


Si vous avez aimé cet article, soutenez mes actions
sur Tipeee (soutien possible à partir de 1 euro)


mercredi 1 novembre 2017

Butternut façon poulet rôti



Vous avez récolté vos courges et peut-être que vous ne savez pas quoi faire avec de la Butternut. Comme c'est une des courges les plus goûteuses, il serait dommage d'en faire de la soupe !

Aussi, aujourd'hui, j'ai décidé de vous proposer (avec l'aimable autorisation de Katy du blog Les Gourmandes Astucieuses), une recette succulente et hyper simple à faire avec de la Butternut.

Cette recette me rappelle le poulet rôti avec des pommes de terre que je mangeais à l'époque où je consommais de la viande.

Bon j'avoue, c'est assez gras, mais c'est vraiment un régal. Et, une fois de temps en temps ce n'est pas trop grave. De plus, il y a toujours la solution de prendre une grosse cuillère à soupe de son d'avoine une demi-heure avant le repas avec un verre d'eau.

Pour cette recette, il ne faut pas beaucoup d'ingrédients. Il vous faut :

- 1 Butternut bio,
- 2 cuillères à soupe d'huile d'olive bio,
- 1 pincée d'ail déshydraté bio,
-  1 bonne pincée de Fleur de sel,
- 10 petites pommes de terre bios,
- 6 feuilles de sauge bio (facultatif, vous pouvez remplacer par du thym ou du romarin),

- 1 oignon bio.

Commencez par préchauffer le four à 210°, avec un bol d'eau sur la sole du four pour éviter l'assèchement.
Coupez la Butternut en 2, en ne prenant que le haut, la partie pleine, sans graines.
Epluchez-la et coupez-la en 2 dans le sens de la largeur.
Dans un petit bol, mélangez l’huile d’olive, l’ail et la fleur de sel.
Badigeonnez le fond d'un plat allant au four, avec un peu de ce mélange.
Déposez les morceaux de Butternut, dans le plat, côté (côté peau en dessus).
Emincez finement l’oignon et ajoutez-le au fond du plat.
Ajoutez autour les pommes de terre lavées,  la sauge coupée grossièrement et l’oignon émincé.
Répartir le reste d’ huile, sur tous les ingrédients, avec un pinceau
Enfournez et laissez cuire doucement pendant 60 minutes pour que tous les ingrédients soient confits.
Vérifiez de temps en temps la cuisson et si vous voyez que cela s’assèche, vous pouvez rajouter un peu d’huile sur le dessus.
A la sortie du four, coupez la Butternut en tranches et servez-la avec les pommes de terre et les oignons.
Vous verrez c’est une tuerie !

Vous pouvez retrouver la recette, pas-à-pas, en images en cliquant ici : http://lesgourmandesastucieuses.blogspot.fr/2015/01/butternut-et-pommes-de-terre-roties-au.html


Avec le reste (le bas) de la Butternut, vous pourrez par exemple faire une Butternut farcie aux riz, lentilles et oseille : http://lesgourmandesastucieuses.blogspot.fr/2016/03/butternut-farcie-au-riz-lentilles-et.html

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...