vendredi 27 janvier 2012

La nature poétique racontée et peinte par Edith Holden



Je viens de terminer la lecture du livre  d'Edith Holden, "Journal champêtre".

Ce livre est le compte-rendu, jour après jour, des promenades, en 1906, de cette naturaliste. En plus des descriptions riches et poétiques de ses découvertes, tout au long de l'année, le livre est agrémenté de dictons populaires et illustré de magnifiques aquarelles, d'une grande précision. Il faut dire qu'Edith Holden (née en 1871 dans le Worcestershire) était professeur de dessin et travailla comme illustratrice.


Jean-Marie Pelt, professeur émérite de biologie végétale et de pharmacologie à l’Université de Metz, président de l’Institut européen d’écologie,(dont je vous ai déjà parlé sur ce blog, dans l'article "Jean-Marie Pelt, Les dons précieux de la nature") a préfacé ce livre. Voilà un extrait de ce qu'il en dit :

" J'ai beaucoup aimé le livre d'Edith Holden, hymne formidable à la beauté. [...] C'est parce que j'ai trouvé dans ce livre un rappel et un signe de cette beauté première du monde et de sa fraîcheur que j'ai aimé en faire durant quelques jours mon livre de chevet, dégustant avec parcimonie les sucs rafraîchissants et toniques pour l'esprit et le coeur qu'il distille subrepticement. Pour le modeste naturaliste que je suis, quel bonheur de croiser l'art et la science, le savoir du zooliste ou du botaniste avec l'art du dessin ! C'est tout cela qui nous est offert ici, et je vous convie à y trouver le même bonheur que j'y ai trouvé moi-même. Bonne lecture, mais aussi bonne promenade à tous !"






Comme Jean-Marie Pelt, j'ai vraiment aimé ce livre. Il était d'une lecture très reposante, permettant de se déconnecter de la vie trépidante et de destresser. Je serais tentée de le comparer à une séance de méditation. Les mots qui me viennent à l'esprit après sa lecture, sont calme, volupté, douceur, enchantement. Les textes sont beaux et détaillés et les aquarelles sont vraiment d'un réalisme et d'une précision époustouflantes.

Voici un petit extrait, pris au hasard :

"24 février
Suis allée à bicyclette à Packwood par Solihull et Bentley Heath.
Suis passée à côté d'une colonie de corneilles toutes très occupées à reconstruire leur nid en jacassant à qui mieux mieux. Vu un petit rouge-gorge rassembler des matériaux pour faire son nid sur le talus et plus loin une grive, avec une becquée de brins de paille. Partout les branches de saule sont couvertes de boules de duvet blanc et les chatons de l'aulne apparaissent très rouges. Dans le jardin de Packwood, le long du cimetière, il y avait d'innombrables perce-neige dans les bordures. J'en ai rapporté un gros bouquet.
Le fermier qui vit à cet endroit m'a fait voir un petit agneau, l'un des trois frères nés ce matin. Je l'ai pris dans mes bras ; il n'avait peur de rien et pointait son petit museau noir vers ma figure. Pour rentrer à la maison, j'ai fait onze kilomètres dans une tempête de neige et de grésil."

C'est vraiment un cadeau parfait pour les amoureux de la nature.






Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...