samedi 3 février 2018

Un design de permaculture en constante évolution



Le long du chemin d'accès à la maison se trouvaient deux énormes sapins : un pin bleu d'Amérique et un cèdre du Liban.




Vu leur taille impressionnante (plus de 15 m pour le cèdre et 12 m pour le pin) il y avait un risque qu'en cas de grosse tempête ils tombent sur le toit de la maison du voisin. (le pin bleu est caché derrière le cèdre).



La mort dans l'âme, j'ai donc décidé de les couper et de les remplacer par des arbres fruitiers.




A l'automne nous avons commencé par le pin bleu d'Amérique et quelques branches du cèdre du Liban.

Et, il y a quelques jours, ce fut au tour du cèdre d'être coupé.




Ils seront remplacés par :

  • un Nashi (Shinseiki) qui avait déjà été planté début 2017 et que j'ai du protéger avec des palettes le temps de couper les arbres
  • un prunelier
  • un poirier (Comtesse de Paris)
  • un cerisier (grosse cerise blanche de Verchocq)
  • un groseillier (blanc versaillais)
  • des groseilliers à maquereaux
  • des légumes et des fleurs semés (ou repiqués) entre eux viendront compléter l'ensemble.


Toute cette abondance de fruits et légumes futurs me console un peu d'avoir du couper de si beaux et majestueux arbres.

Comme vous le voyez, un design de permaculture n'est jamais figé, jamais fini. Il évolue et s'adapte constamment en fonction de l'environnement, des événements, de nos besoins ou de nos envies.


                 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...