lundi 18 août 2014

Lactofermentation de concombres : une bonne solution en cas de surproduction



Cette année, je ne sais pas pour vous, mais pour moi les concombres donnent à profusion !

Il faut dire qu'avec 2 pieds de chaque variété et 7 variétés différentes, j'avais vu grand.

Mais, à part les concombres Uzbekski et les Kaiser Alexander qui se conservent 2 mois, les autres doivent être consommés rapidement.

J'en mange tous les jours, que ce soit cru mais également cuit. Je vous recommande d'ailleurs la recette de Katy des Gourmandes Astucieuses, ma cuisinière attitrée. Et je croque les Crystal Apple l'après-midi. Mais comme il en reste toujours, je fais de la lactofermentation.

J'épluche, j'épépine et je coupe le concombre en 4, puis en fins morceaux. Je les mets dans des bocaux avec de l'eau, dans laquelle je fais fondre 2 gr de sel (par litre d'eau).
Puis je laisse les bocaux dans la cuisine, au soleil, une journée ou 2.






Lorsque l'eau se trouble et que de nombreuses bulles apparaissent, je sais que la lactofermentation a commencé. Je peux donc les ranger à l'abri de la lumière et de la chaleur.

Si vous avez des enfants, vous pouvez leur proposer de coller l'oreille près du couvercle, au niveau de la rondelle de caoutchouc, ils entendront de petits tic tic provenant de la libération du gaz provoqué par la fermentation.

7 commentaires:

  1. Bonjour, jamais vu ça. Mais comment cela se mange? on filtre le jus? et au niveau du goût? cela ressemble à une limonade avec un goût de concombre?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour,

      Je vous rassure, le gaz disparaît complètement, il s'échappe de lui-même. Il n'y en a plus lorsque plusieurs mois plus tard vous ouvrez le bocal. Au niveau goût, c'est la même chose que pour tous les autres légumes lacto-fermentés. Vous prenez un chou transformé en choucroute et vous transposez ça au concombre.
      Amicalement,
      Isa

      Supprimer
    2. Vous brisez mon rêve car je pensais que cela donnait une limonade au goût de concombre. Une sorte de boisson style Kéfir. Mais je vais tenter (j'ai également un surplus de concombre)
      Amicalement

      Supprimer
  2. Je ne connaissais absolument pas cette méthode et je suis intéressée. Je me suis donc renseignée sur la lactofermentation. Cela me parait vraiment très simple ! D'autant plus qu'on gagne en stérilisation et que ça n'altère en rien niveau goût et vitamines.

    Donc si j'ai bien compris, on entasse bien le tout dans un bocal hermétiquement fermé. On le laisse au soleil dans une pièce durant 3 jours et ensuite à la cave. Conservation : un an.

    Et je suppose qu'il suffit juste de rincer avant de consommer ?
    Bref, enfantin !

    Par contre, au niveau des bactéries et Cie, comment savoir si ça a bien fonctionné ?

    Merci pour l'astuce (je suis envahie de courgettes, je commence à manquer de recettes) et merci d'avance pour vos réponses.

    RépondreSupprimer
  3. Je ne connaissais pas. Merci de nous faire partager cette excellente idée.Cela evite le gaspillage.

    RépondreSupprimer
  4. J'ai essayé mais je ne suis pas fan. Ca s'acidifie très fort. Il ne faut pas espérer manger le concombre comme si on venait de le cueillir. Du coup j'ai abandonné la lacto fermentation. (échec aussi avec les haricots impossible à cuire). Par contre très bonne méthode pour ceux qui aime les aliments acides.

    RépondreSupprimer
  5. Bonjour,

    le goût est évidemment différent par rapport à un concombre frais, mais ça permet de les conserver facilement.
    Amicalement,
    Isa

    RépondreSupprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...