mercredi 11 décembre 2013

Produire ses légumes c'est comme fabriquer soi-même son argent

Produire ses légumes pour atteindre l'autonomie alimentaire


Voici une vidéo absolument motivante de Ron Finley. Cet américain plante des potagers un peu partout dans les rues, les terrains vagues, sur les trottoirs, etc. bref, dés qu'un coin de verdure est disponible. Et ceci, pour combattre la malbouffe et les fast-foods.
Il dit d'ailleurs dans sa conférence que "les fast-foods, les drive-ins tuent plus de gens que les gangsters qui vous tirent dessus depuis leur voiture."

Le titre de cet article est aussi un extrait de ses propos dans cette conférence. Je suis tout à fait d'accord avec lui.
Cette année, je pense avoir quasiment atteint l'autonomie alimentaire au niveau fruits et légumes. Je suis végétarienne et je consomme beaucoup de ces fruits et légumes et je peux vous dire que financièrement cela fait une grande différence quand les fruits et légumes viennent de votre propre potager et non du magasin du coin. Et je ne parle pas des bénéfices pour la santé, car mes produits sont bios.

Je regrette de ne pas avoir tenu de compte précis, mais apparemment, si mes souvenirs sont bons, je n'ai acheté pour toute l'année, au niveau légumes et fruits (bios évidemment) que :

- 2 kg d'oignons (achat ce mois-ci car je n'en ai plus en frais, il ne reste que des congelés)
- 2 kg de poireaux (achat ce mois-ci car il me fallait des longs fûts blancs pour une recette précise)
- 6 avocats
- 3 petits bocaux de maïs
- 1 kg de banane (en début d'année)
- 3 kg d'orange (en début d'année)
- 3 kg de haricots noirs secs (aucune récolte l'année dernière et pas grand chose cette année ; les limaces sont passées par là)
- 3 kg de pois-chiche (récolte insignifiante cette année et l'année dernière)

et pour tout le reste de l'année : RIEN, AUCUN FRUIT ni LEGUME et pourtant, j'en mange beaucoup !

Si vous aussi, vous voulez fabriquer votre argent, en produisant vos propres fruits et légumes, cliquez ici ; ou si vous voulez vous transformer en guérillo jardinier et créer des potagers partout, cliquez ici

Mais en attendant, je vous laisse avec Ron Finley :





2 commentaires:

  1. Impressionnant ce petit bilan. J'essaie d'avoir une production significative et je progresse chaque année, mais on dépend quand même massivement du sol et des conditions météo.

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour,

    Bravo. Il faut persévérer. Le sol on peut toujours l'améliorer (j'ai commencé avec une terre lourde et très très argileuse), mais c'est vrai que pour les conditions météo, on ne peut pas toujours faire grand chose. Je suis dans le Nord de la France et j'essaye de limiter les problèmes avec des voiles de forçage (plusieurs couches), des mini-serres, des bâches et une serre-tunnel. Mais lorsque le temps est gris, sans luminosité (plus importante encore que la chaleur pour faire pousser les plantes), je n'ai pas de solution.

    Amicalement,
    Isa

    RépondreSupprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...