vendredi 1 juin 2012

Zoom sur la Consoude et la Pimprenelle : 2 plantes sauvages comestibles

Je vais vous parler aujourd'hui de deux nouvelles plantes sauvages comestibles, la consoude et la pimprenelle.


CONSOUDE


Symphytum officinale

Synonymes : Confée, consoude officinale, herbe à la coupure, herbe aux charpentiers, langue de vache, oreille d’âne, pacton, toute-bonne.
Famille : Borraginacée.
Cette plante est vivace, couverte de poils et se rencontre dans les lieux humides, le long des ruisseaux.
Tige : Raide, rameuse, de 1 m de haut environ, couverte de poils et quadrangulaire.
Feuilles : Lancéolées, ondulées, velues.
Fleurs : blanches ou roses, violacées, en forme de cymes.
Composition : Consolidine, symphyto-cynoglossine, mucilage, tanin et allantoïne. Le nom consoude ou cum en latin signifie « avec » donc « souder avec », c’est-à-dire consolider les chairs, les souder, raffermir. L’allantoïne favorise la multiplication cellulaire (dermo-cicatrisante).

Source : Secrets d’une herboriste de Marie-Antoinette Mulot

Cuisine : Les feuilles peuvent être consommées crues ou cuites. Rappelant le goût du poisson (elle est parfois appelée sole végétale) les grandes feuilles sont souvent utilisées plongées dans de la pâte à beignet puis frites.




PIMPRENELLE



Poterium sanguisorba ou Sanguisorba officinalis

Synonymes : Petite pimprenelle, petite sanguisorbe.
Famille : Rosacée.
Elle pousse dans les endroits humides.
Tiges : Elles sont dressées mais aussi, parfois, couchées. Quand elles sont droites, elles mesurent environ 80 cm de haut.
Feuilles : Dentelées, divisées et de forme ovale.
Fleurs : Elles sont disposées en épis, de couleur verdâtre ou brun-rouge.
Floraison : De mai à juillet. La plante entière est utilisée.
Composition : Elle contient surtout du tanin, des substances organiques soufrées et dans les fleurs surtout, de la vitamine C.

Source : Secrets d’une herboriste de Marie-Antoinette Mulot

Cuisine : Elle était jadis tellement appréciée qu’on la cultivait dans tous les potagers. Au XVIe siècle, elle était aussi populaire que l’est de nos jours le persil. Elle parfume également les soupes, les omelettes et les sauces. Sa fraîche saveur teintée d’astringence rappelle celle de la noix fraîche. D’autres y décèlent plutôt un goût de concombre.

Source : Petit Larousse des Plantes Médicinales





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...