mardi 12 juin 2012

Un ver de terre, comment ça marche ?



Voici un extrait du livre de Guylaine Goulfier "Révolution au potager".

C'est un ouvrage très bien fait, contenant quantités d'informations intéressantes, et reposant sur des études scientifiques récentes.
Certains "anciens", trouveront cet ouvrage révolutionnaire. C'est simplement LA façon dont il faut reconsidérer le rôle du jardinier. Celui-ci ne doit plus être un dictateur imposant sa loi aux plantes mais bien un accompagnateur, soucieux d'offrir au sol, comme aux plantes, les meilleures conditions d'épanouissement.
Ce n'est qu'ainsi que le "petit" jardin deviendra un jardin d'Eden.


Guylaine Goulfier nous présente ces nouvelles pratiques et nous explique notamment le "fonctionnement" d'un ver de terre.

Dans cet encart, consacré aux vers de terre dont je vais vous proposer un extrait, j'ai appris qu'il existait plus de  "700 espèces de Lombriciens". J'ai été très surprise. Lors de ma formation de guide composteur, j'avais appris qu'il en existait plusieurs espèces mais je ne pensais pas qu'il y en avait autant de différents !

Elle décrit très précisément et clairement leur fonctionnement, et j'ai trouvé cela très intéressant. En voici l'extrait :

"Les lombrics projettent dans le sol une lèvre allongée, le prostomium, ainsi que leur pharynx. En se rétractant, ces organes permettent à la matière organique de pénétrer dans le corps du ver. Les particules, mouillées de salive, sont alors grossièrement broyées.

Elles sont ensuite stockées dans le jabot, puis dirigées vers le gésier. Celui-ci, partiellement rempli de sable et d'autres particules minérales, est un muscle puissant, qui se rétracte et se relâche, hachant finement les particules organiques. Après avoir été arrosées de carbonate de calcium liquide, celles-ci sont libérées dans l'intestin où vivent des bactéries. Les enzymes microbiens libèrent les nutriments qui passent à travers la paroi de l'intestin pour rejoindre le flux sanguin.

Tout ce qui reste, les particules liées à l'humus (grâce au carbonate de calcium), les éléments minéraux ainsi que plusieurs micro-organismes rescapés de la digestion, sont des déchets qui sont alors évacués. Il s'agit des fameux turricules, les "tortillons" des vers de terre. L'analyse des turricules montre leur grande richesse, comparée à celle d'une terre qui ne serait pas passée par la digestion des vers de terre."




Une bonne partie des pratiques de jardinage développées dans ce livre me sont déjà connues puisque ce sont celles que j'utilise. Mais les nombreuses informations plus scientifiques comme l'extrait ci-dessus, les bestiaires, les ordonnances, le carnet de bord, rendent ce livre très intéressant et instructif.
Non seulement je ne regrette pas son achat, mais je vous le recommande vivement.


Source images : Couverture du livre et Clipart Microsoft Office





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...