mercredi 13 juillet 2011

La biodynamie, une façon de cultiver « bio »



Le terme « biodynamie » se compose de deux éléments « bio » et « dynamie ». Il s’agit donc d’une branche de l’agriculture biologique qui interpelle de plus en plus, et qui est de plus en plus utilisée notamment par les vignerons. Pour ce qui est de « dynamie », cela signifie que l’agriculteur va dynamiser son sol.

Même si cette façon de cultiver est ancestrale (nos ancêtres n’avaient d’ailleurs que ces moyens à leur disposition pour cultiver leurs terres), les principes mêmes de la biodynamie ont été mis au point au début du XXème siècle par Rudolf Steiner, un scientifique autrichien.

Cette façon de cultiver est tout à fait originale et peut laisser dubitatives pas mal de personne. En effet, elle allie deux choses :
l’utilisation de différentes préparations types compost, décoction, bouse, poudre, etc.
l’observation scrupuleuse du calendrier lunaire
S’y ajoute un dernier élément très important : l’auto-suffisance. L’agriculteur biodynamique va chercher autour de lui les éléments végétaux, animaux ou minéraux pour nourrir, traiter et soigner sa terre et ses cultures. Il cherchera à fertiliser sa terre de façon naturelle et juste ce qu’il faut, avec des engrais verts, des composts « maison » bien décomposés, des fumiers « bio ». Il n’emploiera pas d’insecticides chimiques mais naturels. Il utilisera le paillage afin de conserver sa terre humide et d’éviter d’arroser ses cultures trop souvent. Il refusera la plantation d’OGM.

En fait, l’agriculteur biodynamique va utiliser des doses microscopiques, homéopathiques de différentes préparations qu’il va épandre sur son sol et ses cultures afin de les dynamiser, de les fortifier, en tenant compte du calendrier lunaire.
Ce dernier est primordial : aucun traitement, aucun arrosage, aucune pulvérisation ne se feront sans avoir consulté, au préalable, le calendrier lunaire et constellaire. Je ne sais pas si vous en avez déjà vu un. En fonction des mouvements de la lune, suivant sont plus ou moins grand rapprochement avec la terre, cela a des incidences sur l’attraction de l’eau sur Terre.
Ainsi, par exemple, pour les végétaux contenant beaucoup d’eau, quand il y a pleine lune, la force d’attraction se traduit par une augmentation de la germination, de la croissance et de l’absorption de l’eau.  
Suivant la position de la lune et des planètes, l’agriculteur décidera de nourrir sa terre avec du fumier dynamisé, du compost, de traiter ses cultures pour éviter les parasites avec des préparations 100 % naturel, etc.
Les moments de la journée ont également une grande importance. Les traitements s’effectuent généralement tôt le matin.

La manière de préparer les pulvérisations est minutieuse aussi. Généralement, l’agriculteur mélange à de l’eau de pluie une petite quantité de silice de corne, par exemple, en tournant d’abord dans un sens, puis dans un autre, pour créer une sorte de tourbillon, dans le but de dynamiser l’eau.

Pour ce qui est des préparations végétales, minérales et animales employées, elles sont diverses. Vous avez, par exemple, la fameuse ortie, la prêle, la camomille, l’écorce de chêne, le pissenlit, la valériane (bons pour le sol). S’y ajoutent la bouse de corne (pour le renforcement des racines des plantes), la silice de corne (pour un bon développement des feuilles et une action sur les fleurs pour donner de beaux fruits), le compost de bouse (pour une bonne décomposition de la terre).

La biodynamie c’est donc du 100 % naturel, c’est jardiner, cultiver en totale harmonie avec les rythmes de la nature.
Elle fait de plus en plus parler d’elle en France. Elle fait partie des agricultures raisonnées, au plein sens du terme. L’agriculteur biodynamique pense sa terre, regarde ses végétaux et intervient quand c’est strictement nécessaire. Il vit sa terre. Il est en complète symbiose avec elle.
Mais, moins de 10 % des agriculteurs l’utilisent en France (ils sont beaucoup plus nombreux en Allemagne, en Australie). Pourtant, dès 1925 en Alsace, des agriculteurs français se sont convertis à ce mode de culture, mais peu (environ 300 exploitations à ce jour) ont suivi. Espérons que la biodynamie fasse de plus en plus d’adeptes, il en va de l’avenir de notre planète.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...