mercredi 16 février 2011

Méfiez-vous des « faux-verts », le greenwashing est partout !



Le greenwashing est une pratique qui consiste, pour les industriels notamment, à utiliser l’écologie à toutes les sauces, sans que cela soit justifié.

Quelques exemples de greenwashing

Je peux vous donner des tas d’exemples. Bien sûr, je ne citerai pas de noms, mais vous les reconnaîtrez facilement.
Une marque de cosmétiques met en avant le côté « naturel » de ses produits, en disant que 95 % de ses produits sont d’origine naturelle et en citant seulement 2 ingrédients bios… bizarre non ?
Maintenant, certains supermarchés ou discounters mélangent allégrement les termes « terroir », « Label rouge » et « bio »… essayant de nous faire croire que c’est la même chose. Or, les produits du « terroir » ou « Label Rouge » ne sont pas bios !
Sous prétexte de protéger l’environnement, certaines grandes enseignes mettent en avant le fait qu’elles proposent des produits en vrac et individuels, ce qui fait moins de plastique et de carton pour l’emballage. Oui, c’est bien mais, ce qu’elles ne nous disent pas, c’est que les produits proposés sont très très « industriels ». Donc, oui, ces produits sont bons pour la planète mais si c’est au détriment de ma santé, non merci !
Autre exemple : une marque de restauration rapide qui a changé la couleur de son logo. Elle a remplacé le rouge par le vert ! Pourtant, à part un ou deux produits bios et un effort sur l’emballage, elle est loin d’être exemplaire…
Tous les industriels utilisent maintenant, dans leurs pubs, des images associés à la nature, l’environnement. Or, la plupart d’entre eux sont loin de vendre des produits écologiques !
Je finirai mes exemples en citant un seul nom, Yannick Noah. Ce week-end, il a été décidé que Roland-Garros resterait à Paris, ce qui entraînera la destruction des Serres d’Auteuil. Yannick Noah a soutenu le projet et n’a pas compris pourquoi Françoise Hardy était contre. Il a dit qu’elle n’avait rien à voir avec Roland-Garros. Non, non, effectivement, ce n’est pas une joueuse de tennis professionnelle, elle a simplement signé la pétition contre la destruction des Serres d’Auteuil, par pure conscience écologique ! Noah s’est déclaré déçue par Françoise Hardy, il l’aimait bien avant. Eh bien, moi, j’aimais bien Noah, je pensais qu’il était écolo avec sa chanson « Aux arbres, citoyens ! » notamment. Mais, là, je me demande s’il ne fait pas non plus du greenwashing ?

Alors, ne vous laissez pas berner. Lisez bien les étiquettes.

Lisez bien les étiquettes !

Pour éviter de se laisser prendre par les « faux-verts », intéressez-vous aux produits que vous achetez, regardez les logos. Fort heureusement, les labels écologiques semblent bien surveillés. Bien entendu, il peut exister des brebis galeuses.
De toute façon, il suffit de lire la liste des ingrédients de certains produits des supermarchés pour les laisser là où ils sont. Si vous achetez ces produits en pleine conscience, cela vous regarde, vous avez parfaitement le droit.
Mais n’oubliez pas que « Naturel » écrit en grand sur un paquet ne veut pas dire bio ! S’il est vraiment bio, il doit comporter le logo AB ou le logo bio européen.
Mais, pour ceux qui se font prendre par les faux discours écolos, soyez plus vigilants. Il suffit de quelques secondes pour se rendre compte que vous avez affaire à des greenwashers.
Pensez à une chose : faire de l’écologie, du bio, du vert, du respectueux de l’environnement, cela coûte beaucoup plus cher aux industriels, de ce fait ils se contentent bien souvent d’un relookage du packaging pour faire plus écolo et ainsi tromper les consommateurs qui ne sont pas vigilants.

Mais, que voulez-vous le « vert » attire et fait vendre. Le seul moyen de contrecarrer les greenwashers est de ne pas acheter leurs produits !

1 commentaire:

  1. Quelques exemples de greenwashing dans le domaine de l'informatique et du matériel électronique : http://www.greenit.fr/tag/greenwashing

    RépondreSupprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...